Archives mensuelles : novembre 2014

[GN] – La Pièce – Escape Room

La Pièce

Bon encore une fois, je pose ça dans les GN même si c’est pas totalement le cas on est d’accord.

1

Après notre escapade (escape/escapade vous l’avez ??) dans Prizoners, on s’est rendu compte que le principe des escapes room, et bien on kiffait plutôt bien bien. Et ça tombe plutôt bien parce qu’apparemment il y a une autre qui a ouvert il y a un petit moment et qui se nomme très humblement : La Pièce.

Très humblement oui, parce qu’au contraire de Prizoners qui donne le ton, La Pièce est nimbée de mystère, le thème principal ne transpire pas au travers de sa devanture et même son site internet est discret mais intriguant ! Derrière le porte de la devanture, une jolie jeune fille à son bureau vous guide dans cette fameuse pièce en vous disant qu’une fois les instructions données, le sablier sera retourné et vous aurez une heure pour trouver la sortie… puis elle vous laisse là avec une bougie comme seule lumière.

2

Dés ce moment, l’ambiance est posée et nos neurones commencent à chauffer. Pendant l’heure qui va suivre, les énigmes vont se succéder, simples mais tordues, logiques mais précises, profondes mais accessibles. Chaque morceau du puzzle de La Pièce vous amène à une nouvelle question, pas de calcul d’algèbre ici, pas besoin de connaître l’histoire de France sur le bout des doigts il faut juste faire preuve de logique ce qui dans le rush est sûrement le plus difficile.

Je suis un aficionado des énigmes, des puzzles games et autres jeux d’enquêtes un peu difficiles. J’adore ce « moment » de déclic lorsque l’on a compris comment assembler les pièces d’un puzzle ou comment les différents indices prennent forme d’un coup dans son esprit. Ce petit moment juste après s’être senti noyé dans les informations et un peu avant d’avoir résolu le problème. C’est comme un petit rush d’excitation.

3

Et bien tout cela, La Pièce vous l’offre, les énigmes seront à votre portée et surtout vous serez surpris par ce qu’elle aura à vous offrir. Notre petite équipe à réussis à s’en sortir au bout de 46 min ce qui est pas si mal apparemment et on a entendu une rumeur comme quoi une seconde « Pièce » allait ouvrir ses portes dans quelques temps… Alors je ne peux que vous conseiller d’y mettre les pieds et de vous laisser emporter par son histoire.

Enjoy !

Zephiriel

[Test] – The Binding of Isaac : Rebirth – PS4 / Vita

Avec plus d’une centaine d’heures au compteur sur la version Steam, lorsque j’ai appris qu’une version PS4/Vita allait débarquer, c’était comme si c’était noël avant l’heure ! Edmund McMillen nous sort un petit chef-d’oeuvre avec les développeurs de chez Nicalis (les petits gars qui nous ont fait VVVVVV, à croire qu’ils aiment nous faire du mal avec leurs jeux….

Binding cover

Il est un peu grand ton sous-sol…

Isaac et sa Maman vivent tous seuls dans une petite maison sur la colline. Isaac aime dessiner et s’amuse avec ses jouets pendant que sa maman regarde une chaîne chrétienne à la télé. Leur vie est simple mais ils sont heureux ou du moins ils l’étaient jusqu’au jour à sa maman entend la voix de Dieu. Dieu demanda à la maman d’Isaac de lui prouver sa dévotion en sacrifiant son fils et pour éviter une fin aussi cruelle qu’inutile, Isaac s’échappa de justesse par la trappe menant à l’inquiétant sous-sol de sa maison.
C’est ainsi que l’intro de The Binding of Isaac : Rebirth vous fait comprendre que ce jeu va vous faire mal… très mal. Rebirth donc parce qu’il s’agit d’une nouvelle mouture de la version PC disponible sur Steam avec son DLC et bien évidemment des petits trucs en plus. Pour les deux du fond qui ne suivent jamais, sachez que The Binding of Isaac est un rogue-like, ça veut donc dire que ce jeu va être cruel avec vous, il va littéralement vous faire souffrir et en même temps faire souffrir votre manette. A la manière du premier Zelda sur Nes, vous allez contrôler Isaac dans des « donjons » remplis d’ennemis plus ou moins bizarres. Les commandes sont la simplicité même, un stick pour bouger, l’autre stick pour diriger vos « larmes » qui seront vos armes principales.
Chaque niveau que vous allez rencontrer a sa propre architecture qui sera bien évidemment totalement aléatoire, mais aura toujours trois éléments communs : D’abord, chaque pièce devra être nettoyée de ses ennemis pour passer à la suivante, ce qui peut amener des dilemmes intéressants (dois-je continuer à nettoyer le niveau ou me faire le boss tout de suite ?). Ensuite, chaque fin de niveau vous obligera à affronter un boss (voir plus par moment) qui vous lootera un objet pouvant aller de l’inutile à l’agréable et qui vous offrira un passage vers le niveau suivant. Enfin, chaque niveau aura au moins une salle avec un trésor qui sera fermé à clef. Oui je précise parce que obtenir la clé n’est pas sûr non plus à 100%, j’ai déjà eu droit à des runs où je n’ai pas looté une seule clé pendant 5 niveaux, ce qui signifie, pas de trésor donc un personnage faible et pas de marchand non plus… bref un run quasi impossible à finir.

Binding 2

Infanticide et humour noir.

L’univers de BoI:R n’est pas pour tout le monde, l’intro vous donne le ton mais c’est encore loin de la réalité, c’est sale, glauque et par moment carrément morbide, mais le design mignon adoucit les moeurs… en fait pas tant que ça. Chaque items que vous allez prendre va modifier la gueule de votre personnage, au début vous êtes un enfant tout nu dans une cave (ne pas sortir cette phrase de son contexte…) et lorsque vous prenez, je ne sais pas moi disons, un item en forme de pierre qui va augmenter vos dégâts, votre personnage va se retrouver avec une pierre enfoncée dans le crâne. Pareil pour l’item du cintre qui se retrouve au travers de la tête ou encore la cuillère en bois qui augmente votre vitesse avec les coups de cuillères à travers le corps qui sont visibles… On peut donc facilement imaginer les différentes modifications du perso en balançant des noms d’items comme médicament, clous, couronne d’épines, rasoir…. etc… etc…
Une ambiance vraiment violente donc, mais pas que dans l’aspect, dans la difficulté du jeu aussi. BoI:R va vous demander des nerfs d’acier et une patience à toute épreuve, parce que même si le wiki du jeu est très complet, il serait presque dire que c’est tricher d’aller y jeter un œil pour savoir qu’elles sont les effets de tel ou tel item avant de le prendre. Car oui, le jeu est punitif, une erreur de parcours, un instant de panique, une faute d’inattention en rentrant dans une salle et c’est un game over des plus cruels qui vous attend.
Mais en plus prendre un item peut être aussi une erreur, comme prendre une pilule sans en connaître l’effet peut la première fois vous augmenter votre jauge de vie, elle pourra dans le run suivant vous faire perdre votre dernier point de vie. Par moment vous aurez le choix de faire un pacte avec le diable, perdre un peu de votre vie maximum pour un objet qui peut vous avancer dans votre quête… choix cruel, finir le jeu avec 2 coeurs seulement sur les 3 de base (pour Isaac en tous cas) est un risque, vous n’aurez peut-être pas de quoi augmenter votre vie dans le run qui arrive….

Bon là tout de suite je suis dans la merde...

Bon là tout de suite je suis dans la merde…

Retour à l’uterus.

Par rapport à sa version PC, BoI:R a eu droit à un petit renouveau graphique, on est passé ici sur un style graphique un peu plus agréable à lire, très proche d’une ambiance 16 bits que tout le monde adore (forcément), chaque niveau arrive à retranscrire l’univers à la perfection. Les murs qui dégoulinent, les toiles d’araignées dans les coins et très souvent, des clins d’oeils bien agréables, comme un poster de Super Meat Boy ou carrément la chambre de Link avec le lit et le même tapis que dans la version Snes. Certaines salles ont même vu un changement architectural puisqu’il sera possible d’avoir des salles gigantesques qui seront remplies d’ennemis qui peuvent vous tirer dessus même si vous ne les voyez pas à l’écran… une horreur dans les derniers niveaux.
La version Rebirth apporte bien entendu une tripotée de nouveaux objets, des personnages supplémentaires à jouer, quelques nouveaux boss et que sais-je encore…. j’ai découvert une salle avec une machine à donation qui est bien pratique (elle permet d’augmenter le level du marchand entre autres…). Le seul point noir à tout ce changement est que l’on a le droit à une nouvelle bande son qui ne vaut pas celle de l’originale… mais seuls ceux qui ont connu l’ancienne pourront sentir un décalage, les nouveaux joueurs apprécieront très bien les musiques de ce nouvel opus.

Mommy ? Noooooooo

Au final je vais faire simple, The Binding of Isaac : Rebirth est sûrement l’un des jeux de l’année (si on peut le considérer comme un nouveau jeu bien évidemment) avec une version PS4 qui sublime le jeu et une version vita aux petits oignons. Et au vu du nombre de stream qui lui sont encore dédié à ce jour je pense que l’on peut conclure qu’il fait aussi l’unanimité pour beaucoup de joueurs. Très clairement, que vous soyez fan du genre rogue-like ou pas, c’est un jeu qu’il faut tester, pour l’ambiance, l’univers et le type de gameplay. Avec une replay value proche de l’infinie The Binding of Isaac : Rebirth est LE jeu que tout gamer devrait tester.

Mais finalement je m'en sors bien \o/

Mais finalement je m’en sors bien \o/

Enjoy !

Zephiriel

[JdP] – Legendary Encounters : An Alien Deck Building Game

Upper Deck est sûrement à ce jour l’un des plus grands distributeurs de cartes du monde, à l’origine créé en 1988 pour distribuer des cartes de Baseball, la compagnie s’est rapidement forgée une réputation autour de la qualité des cartes distribuées. A ce jour, elle distribue toutes les cartes de sport aux US avec le baseball, basket, football américain et hockey sur glace. Mais ce n’est pas tout, car ceux qui ont touché aux jeux de cartes à collectionner (JCC) de Wow, Yu-Gi‐Oh! et même Wakfu savent que leur éventail de produits s’agrandit. Et après avoir créé la série Legendary Marvel (et ses multiples extensions) en 2012, puis Legendary Villains, Upper Deck s’attaque à la licence Alien avec : Legendary Encounters.

Aliens_Box_Lid

The Lost Colony.

Pour les non initiés, le deck building est un type de jeu assez particulier au contraire des JCC. Ici vous n’avez pas besoin d’acheter un maximum de cartes pour créer un seul deck pour affronter d’autres joueurs. Toutes les cartes nécessaires au jeu sont dans la boite de base et croyez moi quand je vous dis qu’avec les 600 cartes que constituent la boite de base vous en aurez plus que nécessaire. A chaque nouvelle partie, vous allez prendre un certain nombre de cartes que vous allez placer sur le plateau de jeu. Grace à votre deck de base qui contient 13 cartes (7 de ressources, 5 d’attaques et une de votre avatar) vous allez acheter d’autres cartes qui vont venir enrichir votre deck (en passant d’abord par la case défausse) au fur et à mesure des tours.
La première difficulté de ce type de jeu se trouve là, car il faut acheter pas mal de cartes pour se forger un deck utile et donc évitez d’en acheter trop car sinon vous allez « diluer » votre deck et ne plus avoir de mains assez fortes à chaque tour. Sachant que vous piochez 6 nouvelles cartes au début de votre tour et qu’elles seront toutes utilisées ou défaussées à la fin de celui-ci. Donc potentiellement, se retrouver avec plus de 40 cartes en fin de jeu demande 7 tours de jeu pour vider votre deck et ainsi réduit vos chances de tomber sur la carte qu’il vous faut au bon moment. Surtout qu’il est difficile de survivre dans ce jeu.

facehugger-card

They Mostly Comes at Night…

Et oui, parce qu’évidemment en face de vous il y a des Xenomorphes à combattre et à repousser, les joueurs devant jouer en coopération contre le jeu lui même. Au début de chaque tour, le joueur dont c’est le tour va placer face cachée une carte du Hive (comprenez la pile de carte d’aliens) dans la première des 5 pièces du Complex. Chaque nouvelle carte venant du hive va « pousser » la précédente et lorsqu’une des cartes arrive à la fin du Complex elle est révélée en Combat Zone et là elle inflige une carte de « Strike » à la fin du tour de chaque joueur tant que la créature n’est pas éliminée. Evidemment cette Combat Zone n’a pas de limite de créature, et vous piochez une carte Strike pour chaque créature présente, en sachant que les cartes Strike infligent entre 0 et 5 blessures et que vous avez au maximum 12 points de vie…. ça donne envie.

legendary-encounters-mat

Who’s Laying the Eggs ?

Le but du jeu, au delà bien évidemment de survivre, va varier suivant le type de missions que vous avez choisi en début de partie. Il est possible, et même conseillé, de faire des parties autour des 4 films, Alien : Le huitième passager vous enverra donc enquêter à l’aide des personnages du film, Ripley étant bien évidement le personnage récurrent, sur le Dereclit avant de vous faire survivre au monstre qui tue votre équipage. Aliens, quant à lui vous enverra en bon Marines sur la planète LV-426 pour trouver les colons disparus… et ainsi de suite pour Alien 3 et Alien Resurrection. Les personnages sont en rapport avec chaque film et les missions sont extrêmement biens faites au point de vous y croire. Par la suite si vous trouvez encore le jeu trop facile, il est possible de rajouter des Good et Evil Agendas, afin d’avoir des joueurs qui se retournent contre votre équipe et en cas de mort d’un des joueurs, il a la possibilité de prendre un deck spécial Alien, ce qui va vous rendre la tâche quasiment impossible.

alien-card

Au rapport soldat !

Contrairement aux autres jeux Legendary (Marvel et Villains) le jeu est vraiment difficile, je le compare à un Pandémie en niveau héroïque pour ceux qui connaissent. Pour le moment je suis à 13 défaites pour 15 parties. La difficulté peut certes rebuter au premier abord, mais plus on joue et plus la mécanique du deck building et la coopération entre les joueurs prend son sens. Chaque partie est alors intense rendant la victoire réellement épique et surtout méritée, parce que l’on perd souvent assez loin de la fin mais lorsque l’on gagne c’est vraiment de justesse !
Enfin, sachez qu’il est possible de mélanger les jeux Legendary, on peut donc rêver de voir Wolverine se taper contre une horde d’Alien et ça c’est juste la classe ! Chaque partie dure environ 45 min et le jeu est prévu pour 1 à 5 joueurs (et oui on peut jouer seul !!). La boite est cependant un peu cher, comptez 70€ en moyenne.

Enjoy !

Zephiriel

[Alpha] – Broforce – PC

Les jeux indés sont très en vogue en ce moment et ça c’est vraiment cool parce qu’on kiffe vraiment bien !! Et donc Free Lives s’est lancé dans la course en développant son premier jeu, encore en alpha, et édité par Devolver Digital (Shadow Warrior, Hotline Miami, Serious Sam… etc) j’appel le très bon Broforce !

Mission accomplished !broforce_logo

Chuck Norris crossover Rambo

Broforce c’est du simple, c’est comme prendre un direct dans le menton, c’est rapide, nerveux et on n’a pas le temps de tout voir venir. Très inspiré des films d’action de notre enfance et surtout des très bons jeux qu’on aimait lorsqu’on était encore gamin, les fameux jeu en scrolling à droite.
Le style de jeu se rapproche de l’excellente série des Metal Slug, vous avez un héros qui vient sauver des otages et tuant tout le monde dans cette guerre qu’est le Viet-Nam (la guerre qui ne se termine jamais !). Vous êtes donc un soldat capable de tuer une armée d’ennemis sans se faire toucher, et il vaut mieux parce que si on vous touche ben vous êtes mort et ouais pas de barre de vie ici.

High Five bro !!!

Le gameplay est donc méga simpliste, mais le petit détail qui fait tout le jeu c’est que vous n’allez pas jouer un seul perso mais tous les héros des films d’actions que vous connaissez (et même si vous ne les connaissez pas d’ailleurs). Vous pourrez jouer Rambo, Chuck Norris dans son rôle de Texas Ranger, Terminator ou encore Vandamme dans Universal Soldier, Blade, Neo j’en passe et des meilleurs !!
Et chacun a son petit truc qui permet de s’éclater, Néo se bat aux poings par exemple et est capable de renvoyer les tirs qui arrivent sur lui, Blade se bat au sabre, fait un dash avant assez mortel en attaque spéciale, Terminator a sa gatling ultra puissante…. bref le fond du gameplay va être dans le déblocage des personnages au fur et à mesure des otages libérés et de découvrir quel nouveau personnage sera jouable !! Sachant que l’un des prochains persos sera peut-être un Alien ça donne bien envie ! C’est Ripley qui va être heureuse ! Visuellement c’est un véritable plaisir pour ceux qui aime le pixel, les personnages sont vraiment beaux et reconnaissables ce qui rend vraiment le fanboy en moi heureux !

1031Evan

Mission accomplished !

Vous l’aurez compris, je conseille très vivement Broforce qui est nerveux et très fun. Jouable de 1 à 4 joueurs, même si à 4 c’est un joyeux bordel vous aurez de quoi rager contre vos potes lorsqu’ils auront explosé (par erreur) le bidon essence sur lequel vous étiez. Dispo sur Steam pour 14€ et sur le site de l’éditeur et développeur pour 15$ , n’hésitez pas un seul instant ! Une version PS4 est prévue mais n’a pas de date pour le moment (je prie pour une version PS VIta !!)
The Expendabros la version du jeu avec les personnages des films Expendables est disponible et gratuite sur steam. Au final broforce joue beaucoup sur notre mémoire de l’enfance mais ça marche très bien et c’est pour notre plaisir !

Bro in Black

Enjoy !

Zephiriel

[Event] – Video Games Live – 05/11/14

Bon les petits gars, Vidéo Games Live existe depuis quelques années déjà et depuis qu’un pote m’en avait parlé lors de la première fois à Paris en 2008 je m’étais dit à l’époque « Bordel je kifferai tellement y aller » puis lors des représentations je n’avais pas la motivation, peur que ce soit trop « mainstream » tout ça… mais j’ai eu l’occasion d’y aller et là on regrette d’avoir été stupide les fois d’avant parce que (attention spoil) c’est une soirée à faire absolument.

VGL 1

Au commencement il y avait Tommy Tallarico et Jake Wall…

Un rapide historique pour remettre les choses en place : en 2005 Tommy Tallarico et Jake Wall se sont dit « Hé ce serait cool de créer un concert qui réunis nos deux passions, la musique et les jeux vidéo ». Ce à quoi les gens autour d’eux ont répondu « Mais ça fonctionnera jamais ». Bon la suite vous la connaissez, nous sommes 9 ans plus tard et après pas mal de concert un peu partout dans le monde, 3 disques disponibles (dont le dernier financé par Kickstarter) et bientôt un 4ème… il ne faut pas provoquer les gens comme ça…

VGL 8

Faites du bruit s’il vous plait.

Loin de l’idée d’un simple concert symphonique où le spectateur est cantonné à son simple rôle silencieux, loin de là .. une véritable interaction est demandée et c’est très agréable de sentir la foule aussi excitée lorsque le thème du jeu que l’on apprécie arrive.
Après tout, le jeu vidéo n’est-il pas aussi là pour dépasser la limite du simple spectateur en nous rendant acteur de l’histoire ? Il n’y a donc pas de raison d’avoir une exception pour la musique qui rend chaque moment encore plus épique !

VGL 11

De Castlevania à Portal !

La soirée est donc plus qu’un simple concert, l’orchestre n’est pas que sur scène puisque comme à tous les concerts le public va fredonner les thèmes qui lui plaisent et je ne fais pas exception là-dessus. J’ai eu des frissons lorsque j’ai vu le logo de Skyrim s’afficher à l’écran et entendu la chorale chanter les premières paroles, le tout accompagné des images du jeu.
Nous avons eu droit à un panel très large, avec un très bon remix de Castelvania en intro qui nous a donné le ton, puis nous sommes passés par du Sonic, du Megaman, du Metal Gear, du Halo (qu’on aime ou pas le jeu la musique est vraiment belle), du Earthworm Jim avec une vidéo d’un speedrun réellement impressionnant… bref il y en avait vraiment pour tous les goûts. Mention spéciale au petit groupe des US, dont je n’ai pas retenu le nom, mais qui était vraiment sympa, avec un mélange de guitare électrique et d’accordéon, et qui nous ont joué du Battle theme de FF VII et du Legend of Zelda.

VGL 5

Les moments les plus épiques pour ma part : l’intro de Skyrim dont j’ai déjà parlé, Shadow of the Colossus qui est un jeu des plus poétiques, Journey où l’orchestre symphonique était mené par le créateur de la musique himself. Il nous a d’ailleurs raconté comment la musique a inspiré les développeurs du jeu ce qui rend ce titre encore plus fantastique. Le remix de Street Fighter, Assassin’s Creed Black Flag et mention spéciale pour les trois derniers morceaux qui, j’ai l’impression, étaient mis à la suite pour moi : One Winged Angel de FF VII, le Remix de Chrono Trigger et Chrono Cross et pour finir en beauté Still Alive de Portal… bordel j’ai encore des frissons.

VGL 13

Je vous conseille donc mille fois de réserver vos places lorsque la prochaine date sera annoncée, si vous êtes un gamer c’est un passage obligatoire.

Enjoy !

Zephiriel

VGL 12

VGL 3

VGL 10

VGL 7

VGL 9

[Event] – Soirée de présentation de GOG

Une guerre est en cours les gars, une guerre violente qui se fait à coup de prix bas, de remise et de soldes !! Au delà de la guerre des consoles, il y a la guerre des plateformes de téléchargement sur PC (on n’a pas trouvé plus court comme nom). Steam, acteur majeur de cette guerre est pour le moment le conquérant, avec derrière lui d’autre acteurs comme Origin… mais dans ce pays conquit, il y a une plateforme qui résiste à l’envahisseur, une plateforme d’irréductibles nommé Godd Old Games, ou GOG pour les intimes.

GOG

Unleashed the Game !!!!

Petite société polonaise sous la coupe du très bon CD Projekt (créateur entre autres de la très bonne série The Witcher) GOG se lance aujourd’hui dans un site entièrement localisé en français pour notre plus grand plaisir !
Bon c’est sympa tout ça, mais des sites en français y’en a plein donc qu’est-ce que j’ai de mieux en allant sur GOG ? Vous allez me demander. Et je vais vous répondre tout de suite ma petite dame (ou monsieur je ne sais pas). En fait les petits gars de chez GOG, pour avoir discuté avec eux, ce sont des passionnés, des gars qui se sont dit que c’est cool de proposer des jeux vidéo, mais si c’est pour en proposer 52 par mois pour que les joueurs dépensent tout leur fric dedans et sans y toucher parce que honnêtement qui a le temps d’y jouer autant ? Non ils sont partis du principe qu’ils allaient proposer peu de jeux mais de bons jeux, donc ils font une bonne sélection.
Et c’est pas fini, vous en avez marre des DRM ? Ouais ben eux aussi, donc ils se sont dit que c’était pas la peine d’en mettre, vous téléchargez le jeu et vous pouvez même le prendre sur clés USB et l’installer chez vos beaux-parents pour les repas de famille. Et après la question, « vous avez pas peur du piratage du coup sans les DRM ? » au Managing Director, Guillaume Rambourg, le monsieur me répond en souriant qu’ils n’ont pas envie d’embêter les joueurs pour un système qui ne fonctionne pas et qui sera piraté d’une façon ou d’une autre. Et en fin de discussion on arrivait même à parler de Skylanders, Disney Infinity et de Dota 2, si après on me dit que les petits gars de chez GOG ce ne sont pas des passionnés…

Little Big Adventure Poster

On veut des promos !!

Mais vous allez en avoir les gars, en allant aujourd’hui sur GOG vous pouvez avoir Little Big Adventure gratuit et 75% de réduction sur une sélection de jeux français !! De Little Big Adventure 2 à Fahrenheit, le tout en passant par du Puddle, n’attendez pas une seule seconde, ça se termine Lundi 10 novembre !
Et comme GOG veut aussi voir en grand, ils proposent une très bonne sélection de films/documentaires qui viendra à s’agrandir avec le temps, pour le moment très orientée vers les passionnés. Vous pouvez trouver facilement de très bons documentaires tels que Good Game et Rewind This. Le but étant par la suite de pouvoir proposer de vieux films que nous aimons tous pour leurs relations à la pop culture et aux jeux vidéo.
Au final moi je valide totalement l’initiative GOG et je signe right now !!!

Enjoy !

Zephiriel

[JDP] – Abyss

C’est tellement rare qu’un jeu de plateau me fasse kiffer autant donc je me sens obligé d’en parler ici ! Crée par Bruno Cathala (qui a entre autre bossé sur le très bon Five Tribes) et Charles Chevalier (Intrigo) le tout illustré par Xavier Colette que je ne connaissais pas mais qui rentre dans mon top 10 là tout de suite (il est l’illustrateur sur les différents Timeline, Dixit et Conan : Hyborian Quests) le tout édité chez Bombyx (Continental Express ; Timeline… etc)

abyss 2

Il y a quelque chose de pourris dans les abysses…

Ça a fait grincer quelques dents, mais lors de la sortie du jeu ce n’est pas une mais 5 boites qui étaient disponibles pour Abyss, non pas que le contenu était différent car c’est toujours le même jeu que l’on y trouve, mais juste que le visuel de la boite était à l’image des cinq peuples présents dans le jeu. Pourquoi on grince des dents ? Et bien parce que la section marketing de Bombyx est bien entendu passée par là pour mettre en avant le visuel de la boite avant tout. Et quand je dis avant tout c’est même avant le nom des créateurs et le nom du jeu qui sont relégués sur la tranche de la boite de jeu. De façon à laisser un véritable impact visuel, ce que j’applaudis parce que non seulement on peut jouer à un bon jeu mais tout en ayant un visuel qui claque bien sa maman. Seul bémol, la boite s’abîme… (vous l’avez ? Abîme / Abyss ?)
Bref, comme le monde du jeu de plateau était un peu épargné par les marketeux et bien ça grince un peu des dents côté joueurs qui commence à penser que si le marketing pur et dur commence à mettre ses pieds là où il faut pas on aura le droit qu’à des jeux trop cher pour ce qu’il y a à l’intérieur… prenons un exemple AU HASARD Space Hulk chez Games Workshop…

abyss cover

Bienvenue dans les Abyss !!!

Mais je digresse, donc Abyss est un jeu à point dans lequel vous devez choisir l’une des trois types d’actions possible à chaque tour. Soit « explorer » les abysses afin de trouver des alliés, ou faire appel à la cour afin de ramasser les alliés non pris lors d’une exploration, et enfin acheter un seigneur disponible avec les alliés que vous avez en mains (sachant que lorsqu’un joueur achète son 7ème seigneur le jeu s’arrête).
Tout parait assez simple dit comme cela, mais le jeu est fait de sorte que chaque action doit être bien pensée au risque de perdre un tour bêtement et par la même perdre un seigneur qui avait sa place dans votre collection. Sachant que lorsque vous allez « explorer » vous offrez la possibilité aux autres joueurs d’avoir des cartes qui les intéressent, puisque l’exploration se passe comme une vente aux enchères simplifiée et que vous êtes le dernier à profiter de la carte révélée si personne ne l’a achetée avant. Mais comme l’équilibrage du jeu est vraiment parfait si l’un des joueurs achète une carte, l’argent (sous forme de perle) vous revient de droit, ce qui vous permettra d’acheter à son tour les cartes qui peuvent l’intéresser aussi. Bref le coup de pute que vous avez pris juste avant est celui que vous mettrez juste après à un autre et vice versa.

abyss 1

Le pouvoir du seigneur sont imperméables

Les seigneurs qui se divisent en 6 castes différentes, les militaires (rouge), les marchands (vert), les cultivateurs (jaune), les politiciens (bleu), les mages (violet) et les ambassadeurs (qui sont plus spéciaux car vraiment balaises pour marquer des points). Pour les acheter vous devrez avoir des alliés valant une certaine valeur et repartit entre une et 5 couleurs différentes (genre pour acheter le seigneur « le Maître de magie » je dois avoir pour 10 points d’alliés réparti entre 3 couleurs différentes dont au moins une en violet). L’exploration est donc un peu le nerf de la guerre pour avoir accès aux seigneurs qui suivant leurs couleurs vont faire bloquer plus ou moins les autres joueurs, avec un Chef des armées (seigneur rouge) qui va limiter le nombre de cartes en mains de vos adversaires à 6 ce qui est TRÈS chiant suivant les seigneurs disponibles.
Dernier détail qui a son importance, les seigneurs possèdent des « clés » qui vont vous permettre d’acheter des lieux. Dès que 3 clés sont en votre possession, vous devez acheter un lieu, rendant ainsi le ou les seigneurs utilisés pour cet achat totalement inutiles en jeu (sous-entendu adieu le pouvoir). Cependant avoir des lieux permet de multiplier le nombre de points en fin de partie !! Cruel dilemme !!

Bon tu plonges ?

Ben ouais carrément que je plonge !!! Bon je précise qu’on est loin du Monopoly familial, même si le jeu n’est pas très difficile en apprentissage, il faut tout de même un peu de temps pour comprendre les mécaniques. Comptez 40€ pour le jeu même si je conseille de prendre des protèges cartes en plus afin de pas les abîmer trop vite à force de manipulation… De 2 à 4 joueurs (4 joueurs étant à mon sens le format optimal) et environ 45 min par partie.

Note : 8/10.

Enjoy !!

Zephiriel

[Preview] – Big Alpha Evolve – PC

Nous sommes arrivés dans cette forêt sombre il n’y a pas deux minutes et déjà la pluie nous martèle comme si elle cherchait à nous enfoncer dans ce sol boueux. Le ciel balance des éclairs à tout va, de quoi nous aveugler toutes les 10 secondes… Bordel même les plantes tentent de nous gober avec une mâchoire assez grosse pour avaler Hyde d’une seul coup ! Griffin étudie un cadavre qui doit bien peser 3 tonnes, il y voit quelques traces que je ne pourrais pas différencier entre notre proie et la faune locale… Soudain il relève la tête, il vient d’entendre une nuée d’oiseau prendre peur à quelques dizaines de mètres de nous, et se met à courir et nous le suivons dans sa course sans nous poser de questions, après tout c’est lui l’expert en chasse, moi je suis là que pour panser les plaies tandis que Hyde et Hank sont les pros du dégât.

On s’avance dans une grotte, enfin à l’abri de cette maudite pluie, mais un truc semble louche… les traces de pas s’arrêtent net nous dit Griffin. J’ai à peine le temps d’entendre le rugissement que déjà je suis écrasé par un rocher de la taille d’une voiture, je m’extirpe aussi vite que possible alors que Hyde a déjà lancé une première salve de son fusil électrique et Hank lui balance un bouclier. Bien vu la créature était en train se jeter sur lui. Griffin balance son arène afin d’empêcher la créature de partir… On vient de signer notre arrêt de mort. Espace confiné, pas de sortie et une créature qui prend la moitié de notre espace en taille… ma dernière vision est celle de Hyde se jetant dans la bataille.

Evolve Big Alpha

Big Alpha mon gars !!!!

Voilà ce qui résume mon week-end sur la Big alpha d’Evolve ! Une bonne trempette dans une forêt où le moindre faux pas est mortel, en train de traquer une créature encore plus mortelle avec 3 autres personnes.
Je ne vais pas vous faire un dessin sur ce qu’est Evolve, mais en quelques lignes, il s’agit donc du prochain gros jeu développé par Turtle Rock Studios et édité par 2K Games où votre but sera de traquer un monstre avec une équipe de quatre personnages. Chacun ayant un rôle primordial pour mener la chasse à son terme, un medic pour la survie du groupe, un trappeur pour poser des pièges, un tank pour faire du gros dégât et un support pour l’aider entre dégâts et protection. En face, la créature, un Goliath ou un Kraken (suivant le niveau du joueur) qui devra fuir dans un premier temps pour se nourrir et évoluer afin de gagner en force et en armure.
Bref de vendredi soir à lundi dans la journée, les heureux détenteurs d’un code pouvait sur PC et Xbox One (la PS4 ayant eu un problème l’alpha a été delayed) télécharger la démo et s’amuser entre potes.

Evolve Goliath

T’as pas une gueule de porte bonheur

Arriver à tuer la proie est vraiment un moment épique en soi (en considérant un joueur qui ne débute pas non plus en face). La traque fait réellement monter la pression avant la première rencontre, où le monstre est en général encore à son stade orignal, peu d’armure, peu de points de vie et des dégâts assez modérés. Suivre les traces de pas laissées semble facile, mais pour peu que la proie revienne sur ses pas pour vous leurrer ou passe par un point d’eau pour que vous perdiez du temps à retrouver une piste et vous perdez quelques précieuse minutes que vous paierez cher une fois que la créature passera en phase deux. Suivre les cadavres, laissés par la créature, sans trop tuer la faune autour de vous car c’est aussi lui donner de quoi se nourrir et du coup l’aider à évoluer. Et si la proie atteint sa troisième forme c’est très mauvais signe pour la fin de partie, les chasseurs devront en générale se regrouper près d’une centrale électrique afin de la protéger à tout prix.

La rencontre avec la créature et avoir une chance de la tuer rapidement demande un vrai travail d’équipe. Le medic doit être hors de portée du combat et veiller sur la barre de vie de ses co-équipiers tout en créant des points faibles chez la créature, tandis que le trappeur devra poser des pièges aux bons endroits afin de limiter les mouvements du monstre et poser un « arène » afin qu’elle ne s’échappe pas. Pendant ce temps le duo Support/Tank, pourra faire énormément de dégâts l’un équipant en général un bouclier à l’autre. Si tout se passe selon le plan la créature n’a aucune chance… hahahaha non je déconne, bien sûr que rien ne se passe comme prévu !
Le medic est bien évidemment la première cible et pour peu qu’un seul joueur soit en retard la rencontre se solde par une mort lente et douloureuse. Sachant qu’à l’instar de L4D dès que vous êtes à terre, l’un de vos partenaires peut tenter de vous relever, mais c’est en se mettant bien évidemment en danger. Sachant qu’à partir du premier mort vous avez encore une chance de revenir en jeu au bout de deux minutes, si un membre de la team est encore en vie (mais c’est vraiment la dernière chance).
Après chaque partie, vous avez bien évidemment un niveau d’expérience par joueur et par personnage afin de gagner des capacités supplémentaires comme une réduction de dégâts etc… et surtout de quoi débloquer les seconds personnages par classes (si vous en avez marre de jouer Jill Valentine ou Tortue Géniale par exemple…)

Jill Tortue Evolve

La traque s’arrête là…

Bon au final, cette Big Alpha était vraiment très cool, même si le jeu manque un peu d’équilibrage pour le moment en grande partie à cause du manque d’expérience des joueurs (autant monstre que chasseurs) et quelques défauts qui seront sûrement réglés d’ici la version finale comme la recherche de groupe qui était un peu capricieuse le jeu est très prenant et vraiment très fun. Les parties sont courtes mais extrêmement intenses !!!
Sortie en février 2015 (normalement).

Enjoy !

Zephiriel