Archives mensuelles : février 2015

[JV]- Un magazine de Jeux Vidéo

Ça parait peut-être dingue pour certains d’entre vous mais je me suis abonné à un magazine de Jeux Vidéo…

Bon c’est peut-être courant, je ne sais pas, mais quand j’en ai parlé à un pote un peu avant de le faire il m’a répondu « Tu t’abonnes à un magazine ? Pourquoi ? Tu n’as plus de connexion internet chez toi ? »

La réplique est digne de n’importe quel hater ou troll sur le net justement, mais au-delà du simple fait que je ne prends plus assez le temps d’aller sur certains sites de jeux, pour des raisons qui sont aussi bonnes pour moi qu’elles sont mauvaises pour d’autres, il y a un fond de vrai dans cette phrase.
Bon faut chercher loin (et rien à voir avec le fait d’avoir le net ou pas chez moi, j’ai un très bonne connexion merci), mais l’idée derrière cette phrase c’est de se demander si on a vraiment encore besoin d’acheter un magazine de jeux ou autre pour être au courant de l’actualité. Je ne vais et veux pas soulever un débat ici, déjà parce que je suis seul à parler donc j’aurai l’air d’un schizo (ou d’un con au choix) mais aussi parce que c’est pas là où je veux en venir (c’est là où d’avoir précisé juste avant que je parle seul paraît idiot mais passons…)
Pour en revenir à mon magazine et le pourquoi du comment : je me suis retrouvé un soir dans un event de jeu et sur une table, posé et à la disposition de tout le monde un tas de magazines. Je m’en approche un instant et dans ma grande curiosité je m’empare d’un exemplaire en me disant que si j’ai un peu de temps libre un jour (hahaha) pourquoi pas. Je le feuillette un instant lorsqu’une personne m’interrompt et me dit qu’il est déjà abonné et qu’il est content que ce magazine l’ai fait renouer avec les magazines de JV qui étaient devenus selon lui réellement inutiles.
Après une rapide conversation avec cette personne dont je n’ai pas le nom et que je remercie ici, (si un jour tu me lis sait-on jamais) je me décide à le lire. Je jette un coup d’œil au titre : JV Le Mag, ok rien de bien grandiloquent et je le commence en l’ouvrant à la dernière page (oui je fais toujours ça je commence par la fin), rien sur le coup ne me semble réellement extraordinaire, après tout ça parle de jeux dont on parle depuis un certain temps et les avis circulent déjà sur le net.

JV le Mag

Quelques jours passent et je le ressors de mon sac dans lequel il traînait, ce qui est déjà un miracle sachant que normalement j’aurais pu le jeter dans un coin pour l’y laisser mourir. Mais en ouvrant la page sur le dossier du mois, je tombe sur l’histoire consacrée à Minecraft et là… la magie opère tranquillement. Le dossier est bien foutu, les idées sont bonnes, exploitées, bref, je dévore le dossier et je me rends compte qu’au-delà des choses que je savais déjà, j’ai appris un truc et surtout il est complet.
Du coup, je me risque à lire les avis sur les différents jeux, les différentes impressions des test, news etc… et j’accroche totalement. Même si je ne suis pas toujours d’accord, même si j’ai envie de claquer certains journalistes pour ne pas encenser les choses que j’aime (et qu’ils ont tort de ne pas aimer…). Et au final ce JV Le Mag je le dévore et viens le moment insensé où je tombe sur la page d’abonnement. J’y réfléchis un instant et… pourquoi pas ?
J’ouvre mon navigateur internet et bim c’est fait, le mois suivant je recevais le canard en question et je kiffe bien. J’ai rarement acheté des magazines JV depuis la fin des années 90 parce que je n’en avais plus le besoin, et je ne trouvais plus un magasin avec une identité qui me correspondait (même si j’ai quelques canards PC à la maison quand même).
Mais là pour le JV Le Mag, y’a eu une connexion, un petit truc… Donc je vous le conseille très largement, et à défaut de celui-ci et si vous n’en achetez pas déjà un régulièrement, je vous recommande largement de plonger ou replonger dans le bonheur de lire une presse papier. On y redécouvre le plaisir de prendre son temps à y lire des journalistes.

Enjoy !

Zephiriel.

[Test] – This War of Mine – PC

Je rentre à pas de loup après avoir crocheté la serrure de la porte de la cuisine… J’entend des bruits de pas au dessus de moi. Tant mieux, je les entends je sais où il se trouve. J’avance vers le frigo, j’ouvre doucement… Mon Dieu, le Graal est là, un peu de nourriture, pas mal d’eau et surtout quelques légumes qui nous feront quelques bons repas. Au moment où je les range dans mon sac, je ressens encore cette boule au ventre, je sais que ce n’est pas (que) la faim, mais surtout la culpabilité. « On vole pour survivre » m’a dit Sergeï avant que je parte. Oui ok mais quand même on est tous dans la même situation…
Je repose la moitié des légumes, j’ai au moins l’impression d’avoir fait une bonne chose… Je repars vers la sortie, mon sac est déjà quasiment plein et je dois encore prendre du bois dans les décombres de l’entrée. J’ouvre un dernier tiroir et vois un paquet de clope, il en reste une dizaine. Je les prends en me disant que je leur évite un cancer… et je pourrais m’en servir comme monnaie d’échange avec ces salauds de militaires.
Soudain ma pensée s’arrête, je n’entends plus les pas au-dessus de moi depuis un moment… Je me retourne au moment où la porte donnant sur le salon s’ouvre et voit le fils avec un fusil qu’il me pointe dessus. Sans aucune sommation il tire. La détonation fait un bruit terrible à me rendre à moitié sourd mais ce n’est pas ce qui me préoccupe le plus. Non ce qui me préoccupe c’est la douleur intense que je ressens à l’épaule lorsque la balle vient s’y loger.
Mais je n’ai pas le temps de réfléchir à quoi que ce soit, je dois fuir, je me lance vers la sortie lorsque la seconde balle vient se loger là où se trouvait ma tête quelques seconde avant… J’arrive à sortir avant que le troisième coup ne soit tiré, je saigne beaucoup et la douleur est à la limite du supportable mais je suis en vie… Je sais qu’il reste un seul bandage à la planque… la prochaine sortie sera pour Sergeï…

Voilà typiquement le type de nuit qui peut vous arriver dans This war of Mine, le jeu de 11 Bit Studio, un petit studio basé à Varsovie. Attention aux âmes sensibles, ici pas de héros de la guerre, pas de menace de virus Z ni méchas monstrueux. Non ici on parle des gens qu’on oublie trop souvent pendant les guerres : Les civils.

wallpaper This War of Mine 1920x1080_02

L’horreur de la guerre.

Le contexte de This War of Mine est bouleversant de réalité, tout prend place dans une ville fictive de l’Europe de l’est où l’armée a assiégé la ville pendant que les rebelles s’y cachent et se défendent. Qui est l’armée ? Qui sont les rebelles ? Qui sont les gentils et les méchants ? Ici on s’en fiche, le contexte géopolitiquocassebonbon ne vous aidera pas. Non ici la seule chose qui vous importe c’est la survie.
Vous vous retrouvez coincés entre deux feux, dans une maison branlante, avec 2 compagnons d’infortune et vous n’avez rien, la maison n’est à personne mais c’était la plus solide du coin alors vous profitez des derniers rayons de soleil pour la fouiller, ranger ce que vous pouvez et boucher tant bien que mal les trous fais par les obus. Et lorsque la nuit sera là, il faudra que l’un de vous sorte, prenne des risques pour vous ramener des vivres, des munitions et surtout de quoi vous nourrir et les jours suivants seront rythmés de la même façon. Survivre, voila ce qui compte dans This War of Mine.

TWOM 1

Don’t Die Together !

A la manière d’un Don’t Starve, vous aller donc devoir trouver du matériel pour crafter la journée et tenter de survivre le plus longtemps possible. Fabriquer un lit, un poêle pour faire chauffer les aliments, et éventuellement un récupérateur d’eau seront les premières choses nécessaire à la survie de base. Puis la nuit vous devrez envoyer l’un de vos personnages visiter un coin de la ville pour qu’il trouve tout le matériel nécessaire au craft de la journée. Bien évidemment cette partie reste la plus dangereuse et la plus frustrante.
Pourquoi ? Et bien parce que dans un premier temps votre sac à dos est limité en place, et même si les éléments se stack quand ils sont du même type il restera cornélien de choisir entre une grande quantité de matériaux ou un peu de nourriture par slot. Dans un second temps, c’est un vrai danger lorsque vous pouvez croiser d’autres survivants. Certains vous permettront de troquer des objets, mais si vous fouillez trop près de leur zone, ou osez voler quoi que ce soit, la réponse peut-être rapide et mortelle. Sans compter qu’il vous faudra toujours garder à l’œil l’horloge car si vous ne partez pas de la zone avant les premières lueurs du soleil, vos chances de revenir à votre planque fondent comme neige au soleil.
Mais au delà du simple gameplay de ramassage de ressources c’est la culpabilité qui sera votre plus grande ennemie. Il est facile de piller des endroits abandonnés, d’anciens supermarchés ou un repaire de milicien (pour peu que vous soyez armé). Mais lorsque vient le moment de piller un couple d’habitants qui n’est pas armé et qui survit difficilement de son côté c’est une autre paire de manche.
Parce qu’il est déjà difficile de cliquer sur l’icône pour dire à votre avatar de voler ces pauvres gens, mais en plus le jeu est ainsi fait que vous allez devoir gérer les conséquences de vos actes moralement avec vos personnages. Alors la notion de morale pour les personnages d’un jeu vidéo n’est pas une première,mais c’est bien la première fois qu’elle a réussi à m’atteindre au delà de l’écran. Mais même sans compter sur ça, le jeu va bien évidemment vous faire subir votre choix les jours suivants. Dans un premier temps vous aurez droit à des baisses de moral de chacun des habitants de votre refuge. Certains étant plus forts moralement que d’autres, ça peut aller à la déprime si vous continuez à faire de mauvaises actions. Et la déprime peut mener à ce que certains de vos personnages refusent de bouger, prostrés dans un coin, refusant même de se nourrir… Hardcore n’est ce pas ? Je vous avais prévenu et je vous laisse découvrir les pires situations in game.

TWOM 2

Un tableau plus en noir qu’en blanc.

Visuellement This War of Mine est vraiment superbe, en vue de côté un peu à l’ancienne et avec une dominante de noir et blanc. En jouant énormement sur les ombres pour renforcer le côté dramatique et horrible de la situation. Certains effets donnent une impression de crayonnée comme certaines BD un peu glauques. Tout est vraiment fait pour mettre mal à l’aise dans la situation et on peut dire que ça fontionne très bien. Peu de musique, ou alors très légère avec quelques montées de ton pour les effets tragiques, les gars de 11 Bit Studio s’en donnent à cœur joie.

Le jeu est bien évidemment sans limite en terme de durée, tant que vous arrivez à survivre. Et chaque partie que vous recommencerez vous donnera des personnages de départs différents (entre 3 et 4). Certains vous rejoindront en cours d’aventure, à vous de voir si vous pouvez les accepter, plus de mains pour crafter mais plus de bouches à nourrir…

TWOM 3

La guerre a ses victimes que la raison ignore.

Au final, avec des mécaniques de jeu très simples et répétitives, même un peu trop par moment, This War of Mine est clairement un jeu dont l’écriture est faite pour se mêler à vos choix dans le jeu. Serez vous un survivant dénué d’empathie au point de fermer la porte à ses enfants venus chercher un medicament pour leur mère malade ? Ou allez vous donnez vos dernières pilules en sachant que vous n’aurez aucun retour, juste un peu de morale pour le prochain jour ? Le jeu est extrêmement dur, autant dans son gameplay qui ne pardonne pas certaines erreurs de loot, que dans les conséquences scénaristiques lors de certains choix. Le tout en restant crédible et réaliste. Un petit chef-d’oeuvre pour ma part

Enjoy !

Zephiriel

[Concours] – Points Nintendo

Bon les gars j’ai retrouvé des points du Club Nintendo que je n’ai jamais utilisés et comme je ne le ferai jamais et que je suis super cool et sympa, je vais vous les faire gagner ici.

Il y en a 8 en tout à gratter et l’un d’entre vous va les gagner !

Points club nintendo

« Comment les gagner ? », vous allez me demander.. Et bien sous la forme d’un petit concours (le premier de blog en fait) que je vais organiser sous vos yeux ébahis et remplis de poussières d’étoiles \o/

Pour gagner donc, deux façons :

Commentaires : Laissez un petit commentaire en bas de cet article en me donnant votre jeu préféré sur 3DS (et avec votre email que je puisse vous contacter quand même)

Twitter : Suivez-moi sur twitter et ReTweetez ce tweet :

« Follow + RT ce tweet avant le 13/02/2015 pour gagner 8 codes du Club Nintendo ! »

Je vous donne jusqu’au vendredi 13 Février pour participer histoire de laisser un peu de temps ! Puis le gagnant sera tiré au sort !!

Enjoy !

Zephiriel