Archives pour la catégorie PS4

[JV] – Manette PS4 Gator Claw

Outil principal du gamer console, la manette est LA chose à ne JAMAIS négliger ! Pour preuve, les débats infinis sur la comparaison des manettes Sony et Microsoft. Ne rigolez surtout pas ce sont des discussions qui peuvent largement atteindre le point Godwin…
Les accessoiristes gaming l’ont très bien compris et pour certains d’entre eux la sortie d’une manette est un événement. C’est le cas ici de Subsonic qui vient de sortir la GATOR CLAW.
Lire la suite

[TEST] – Onechanbara Z2 Chaos – PS4

Une fin du monde ? Des zombies et autres créatures monstrueuses qui arrivent sur terre ? Des jeunes filles en bikini avec un chapeau de cowboy et armées de sabres pour découper cette armée infernale? Le tout en poussant des cris d’écolières ? Vous avez deviné ! Un nouvel épisode d’Onechanbara est là ! Les petits gars de chez Tamsoft ont ouvert les vannes pour offrir un orgasme visuel !

OneChanbara_Z2-Chaos_Titre

Le WTF le plus total !

Je sais ce que les gens peuvent penser en voyant un titre comme Onechanbara Z2 Chaos. Des jeunes filles, dont des vampires, pas ou peu vêtues qui agitent leurs… sabres dans tout les sens. C’est forcément mal fait, l’histoire n’aura sûrement pas d’intérêt, c’est moche, pas de gameplay… bref c’est un jeu pour pervers.
Ce à quoi je vais répondre : Oui c’est vrai pour la plus grande partie. Ça étonne qui ?
Déjà on va resituer les choses. Pour ma part je suis vraiment fan de cette série, je n’ai pas joué à tous les épisodes malheureusement, mais j’ai commencé avec l’épisode sur Xbox 360, j’ai regardé le film, plus d’une fois… bref ça casse pas des briques, mais cette série est cool ! Parce qu’on ne se prend pas la tête sur du Onechanbara. C’est simple dans l’idée, on se fait plaisir en matant de jolies jeunes filles poutrer du zombie à coup de sabre. Et dans le fond on aime tous ça.

OneChanbara_Z2-Chaos_1

Obvious mon capitaine !

Mais alors que vaut cette épisode si finalement on ne cherche pas à se compliquer la vie ? C’est une bonne question madame, et je vais y répondre tout de suite !
Je vais commencer par enfoncer les portes ouvertes. Tout d’abord, scénaristiquement c’est assez faible, une nemesis qui revient pour se venger et apporte l’apocalypse sur la terre. Ok c’est du déjà vu. Par ce biais, vous allez devoir vous balader aux quatre coins du globe pour passer au fil de votre épée tous les monstres qui terrorisent la population.
Ce qui m’amène au point suivant, le level design.
Bon pas de langue de bois, c’est ultra minimaliste. Les niveaux n’ont aucune consistance, juste des couloirs à suivre remplis d’ennemis. Comme tous les beat them all du genre, une fois la zone nettoyée le chemin s’ouvre et on continue jusqu’au boss, rien de bien gratifiant ici. Par contre la façon de poutrer les ennemis, là y’a des choses à dire.

Mille et une façon de découper du zombie !

Voilà le coeur du jeu, les combos pour découper du monstre efficacement ! Dans un premier temps sachez que la possibilité de switcher à tout moment pendant le jeu entre les 4 personnages disponibles. Que ce soit entre deux combos ou même pendant le combos ce qui ouvre déjà pas mal de possibilité. Ensuite de la même façon, chaque personnage dispose de deux armes différentes (Katana simple et double Katana par exemple), que vous avez la possibilité de changer aussi en plein combo.
OneChanbara_Z2-Chaos_3Les combos justement sont disponibles à foison, les joueurs qui aiment les beaux enchaînements vont se régaler. Certains combos demandent vraiment un temps d’apprentissage pour être maîtrisés (heureusement le mode entraînement sera là pour vous aider). Les combats en sont d’autant plus nerveux et dynamiques, le tout rythmé par une musique intense qui colle complètement au style de l’univers.

Le platine ?

Onechanbara Z2 Chaos ne sera pas un easy platine ! Il vous prendra pas mal de  temps et vous demandera un certain skill pour y arriver. Prévoyez entre 25 et 35 heures de jeu pour débloquer le platine. Les trophées étant liés à du grind sur pas mal de défis.

OneChanbara_Z2-Chaos_2
Au final ?

En clair, ce type de jeu n’est pas pour tout le monde. Il faut bien évidemment aimer ce genre de beat them all pour y passer quelques heures et se concentrer sur l’action. Si faire du combo ne vous intéresse pas à la base, difficile pour vous de trouver votre bonheur dans Onechambara Z2 Chaos. Par contre si vous aimez les filles en bikini qui découpent des zombies et autres monstres, en virevoltant dans tous les sens, il faut vous procurer ce jeu !

Note : 15/20

Enjoy ! 

Zephiriel

[JV] – Date de sortie de Dark Souls 3 !!!

Une fois n’est pas coutume, je vais parler un peu de Dark Souls 3 ici, parce qu’on a un peu plus de précisions concernant la date de sortie du précieux sur PS4, XBox One et PC !!!

Dark-Souls-3

Avril 2016 verra donc votre univers basculer vers les ténèbres !!

Mais attendez ! Ce n’est pas la seule bonne nouvelle !! Pour les plus impatients d’entre vous, ceux qui en veulent et qui passent encore des nuits à faire des cauchemars de Ornstein et Smooth (ou de rêver de la princesse gwendolyn… coquin) il y a un espoir !

Des Network Test Sessions vont être organisées afin de tester la charge serveur, le mode multi et l’équilibre du jeu. Et vous avez une chance d’être sélectionné pour y participer ! Les places sont limitées et les chanceux seront tirés au hasard !!

Un petit récap :

Plateforme : PS4
Dates d’inscription :
Du 18 Septembre 2015 à 17 h CEST au Dimanche 4 Octobre 2015 à 17 h CEST
Date des sessions test :
Vendredi 16 Octobre 2015 de 20 h à 23 h CEST
Samedi 17 Octobre 2015 de 20 h à 23 h CEST
Dimanche 18 Octobre 2015 de 20 h à 23 h CEST

Donc si vous êtes dispo pour ces dates, rendez vous sur cette page : www.DarkSouls3.com et bonne chance !!

Enjoy !

Zephiriel

[JV] – Point sur Dark Souls 3

Bon, j’ai pu le tester à la GamesCom 2015 et je peux d’ores et déjà dire que c’est l’une de mes plus grosses attentes de 2016. Les infos diverses et variées qui traînent sur le net confirment ce qu’on l’on avait déjà aperçu à la GC 2015.

D’après ce que j’en ressens, Dark Souls 3 sera l’hybride parfait entre Demon’s Souls, Dark Souls et Bloodborne. Les éléments ont été repris des différents jeux, comme la jauge de Magie de Demon’s Souls par exemple. Le personnage est clairement plus rapide, plus souple dans ses mouvements, ce qui rend les combats vraiment plus nerveux à l’instar de Bloodborne. Ce qui limitera peut-être l’utilisation du bouclier qui est un grand classique dans Dark Souls (surtout au début).
Cela permettra surtout de développer plus facilement l’utilisation des « Stances » déjà visibles dans Dark Souls 2. Pour rappel, il était possible d’utiliser une arme du même type dans chaque main et surtout, lorsque l’on avait les bonnes stats, de débloquer la « power stance » afin de pouvoir frapper de ses deux armes en même temps. Dark Souls 3 proposera donc plusieurs types de « Stance » suivant les armes utilisées (attaque tournante avec deux armes, brise garde…)

Bref je ne sais pas pour vous mais moi, je vais devoir me refaire Dark Souls 2 pour patienter un peu…

Enjoy !

Zephiriel.

[JV] – Telltales s’attaque à Marvel !

Bon ok, la news n’est plus très fraîche (de toute façon dès que ça a plus de 2h c’est plus frais) mais le très bon studio Telltales qu’on ne devrait plus présenter et à qui on doit l’excellente adaptation du comics The Walking Dead et Fables (je ne parle pas de GoT je n’ai pas encore posé la main dessus), va s’attaquer au MCU de Marvel !

marvel telltales
Je suis tellement hypé par le truc que j’ai envie de therorycrafter dans tous les sens pour savoir à quelle licence ils vont s’attaquer et surtout à quel univers ? Imaginez un peu qu’ils arrivent à apporter une vrai pierre à l’édifice du MCU et qu’avec la série Agents of Shield on arrive enfin à créer un crossmedia ultime ! Les films qui ont des conséquences sur la série, et la série qui pourrait avoir des conséquences sur le jeu ! Ou encore mieux, et là je rêve complètement, le jeu qui peut avoir des conséquences sur la série ou un prochain film !!!

Un petit prequel de Spider-man pour le ramener dans le MCU juste avant Civil War, ce serait pas bon ça ?

Moi j’y crois (un peu) !

Enjoy

Zephiriel

[JV] – Mon top 10 pour 2014

Bon, il paraît que c’est d’actualité de donner son top 10 des jeux 2014, alors je vais aussi donner mon avis, parce que j’avoue que comme tous les gamers du monde, j’ai aussi une petite liste que j’update à chaque sortie.
Du coup, je vais faire un mélange de toutes les plate-formes, sachant que je joue sur PS3, PS4, Vita, PC et un peu sur 3DS.

Donc, faisons court mais faisons efficace les gaaaaaars :

1-Dark Souls 2
Dark souls 2
Bon sans surprise, au vu de l’histoire d’amour que j’ai vécu avec la série des Souls de From Software, et le nombre d’heures que j’ai passé sur chaque épisode, c’était évident que ce jeu soit dans mon top. J’inclus largement les DLC avec, qui sont pour moi de très bonne qualité. Pour ceux qui n’ont pas vu mon test basé sur la pyramide de Maslow c’est ici.

2 – The Binding of Isaac: Rebirth
Binding cover
Bon ok, le jeu original est déjà sorti sur PC depuis un moment, mais après une centaine d’heures sur le premier opus, je ne pouvais pas manquer l’occasion de le classer ici. Vous pourrez bien évidemment lire mon test ici, mais il faut juste savoir que The Binding of Isaac: Rebirth est un jeu difficile, exigeant et demandant une patience sans limite (surtout si on veut le platine).

3 – Dungeon of the Endless – PC
DoTE
Premier jeu PC de la liste, on a affaire ici à un superbe rogue-like en pixels de chez Amplitude. Faisant pleinement parti de l’univers Endless, votre vaisseau s’écrase dans un donjon rempli de monstres et votre façon de vous en sortir est de remonter les étages en protégeant ce qui vous sert de source d’énergie, un cristal. Rigoureux, punitif et avec une courbe de progression très rapide, ce jeu mérite complètement votre attention.

4 – WD S2
WD 2
Tout le monde aujourd’hui connait les jeux Telltale au vu du carton qu’ils ont fait. Donc, je vais juste préciser que la saison, même si elle a ses défauts, possède une histoire qui reste réellement très bonne et des fins multiples, donc n’hésitez pas à refaire les derniers choix.

5 – This war of mine – PC
this war of mine
Sorti il y a peu de temps, ce jeu est un véritable bijoux. Vous gérez un groupe de personnes qui sont des survivants coincés entre une armée qui cherche à envahir une ville, et les rebelles à l’intérieur de celle-ci. Chaque nuit, vous devriez contrôler l’un deux pour tenter de récupérer des provisions et pendant la journée vous devrez crafter de quoi survivre et vous aider. Le jeu est un peu déprimant, mais vraiment très bon.

6 – Child of light
Child of light
Pour moi, ça reste l’un de mes coups de coeur, Ubisoft nous sort ici un petit joyau de pureté et de poésie. L’histoire, même si elle est très basique est vraiment superbe, la bande son est un régal et les dialogues sont tous en rime ce qui rend la lecture totalement enchanteresse. Pour ma part, je l’ai fait deux fois, sur PS4 puis sur Vita. Et je sais que j’irai le refaire une dernière fois sur PS3 dans quelques temps.

7 – The Wolf Among Us
Wolf
Un second jeu Telltale dans la liste, c’est dire l’amour que je porte pour eux. The Wolf Among Us, c’est donc aussi un point and click avec une pure histoire qui vous tiendra en haleine jusqu’à la fin. Le monde est tiré du comicbook de Fables (une pure série à lire) qui explique comment tous les héros et vilains des différents contes ont dû fuir leur monde pour aller vivre à New-York City, dans un quartier nommé Fabletown. Ici donc, vous y incarnerez le shérif de ce quartier en la personne du Big Bad Wolf qui est véritablement BADAAAAASS ! Et vous devrez trouver qui s’amuse à tuer des jeunes filles dans le quartier.

8 – Papers, Please – PC
papers please
Ça fait un peu troll de dire ça, mais Papers, Please est vraiment un jeu excellent. Rapidement, vous jouez le rôle d’un douanier à la frontière d’un pays de l’Europe de l’Est, et chaque jour vous devez contrôler les papiers des personnes voulant mettre les pieds dans votre pays. Au début, peu de vérifications vous seront demandées, mais au fur et à mesure des jours vous aurez de plus en plus de difficultés à tout vérifier. Chaque personne que vous laissez rentrer (sans erreur) vous rapporte de l’argent et à la fin de chaque journée vous devrez « dépenser » votre argent pour la bouffe, le chauffage, le médecin, etc. Le jeu a un côté très froid, très austère et terriblement déprimant par moment, de plus les graphismes peuvent rebuter un peu sur les premières minutes, mais le fond du jeu est excellent et on se laisse prendre dans l’engrenage.

9 – Dragon Age Inquisition
Dragon age
Sorti un peu trop tard pour moi car trop de jeux à la même période, mais Dragon Age Inquisition l’un des plus gros jeu de rôle de l’année, qui arrive à allier le côté jeu de rôle, mais aussi jeu de gestion et surtout une intrigue vraiment poussée.

10 – BroForce – PC
broforce_logo
Cette dernière place était difficile à choisir, je voulais mettre Wasteland 2, mais je n’y avais joué qu’a la GamesCom. Même si je sais que c’est clairement un jeu sur lequel je passerai des heures, je ne l’ai pas encore réellement testé. Donc je me permets de mettre BroForce, qui est clairement l’une des belles surprises de cette année. Le jeu n’est techniquement qu’en beta, mais vu le nombre d’heures de jeu passées dessus, je peux le considérer comme un jeu.

Voilà qui clôt mon top 10 qui finalement, se retrouve pas mal sur plusieurs sites que j’ai pu voir, même si je sais qu’on me tapera dessus pour quelques choix mais tant pis.

Enjoy !

Zephiriel

[Test] – Lords of the Fallen – PS4

Il y a une blague récurrente à mon sujet lorsque je parle avec Offblink ou Johncouscous, c’est que dès qu’un jeu qui contient les mots Dark, Souls, Dragon, Lord, Magic (et tout ce qui touche au champ lexical du genre) c’est un jeu que je vais forcément vouloir faire. Et pour le moment cette blague fait loi pour beaucoup de jeux auxquels je joue. Et Lords of the Fallen ne fait pas exception !

Lotf 1

Chef j’ai une idée, si on faisait comme Dark Souls ?

Ok, pour ceux qui le savent pas, j’ai un véritable amour pour la série des Souls, j’ai passé des centaines d’heures sur les trois opus, et je ne suis pas peu fier d’avoir les trois platines dans la poche. Donc effectivement, lorsque j’ai vu que Lords of the Fallen était un essai dans le genre des Souls, j’ai très vite été excité comme un gosse à Noël en me disant qu’en attendant Bloodborne, je pourrais me faire un peu plaisir. Et là c’est le drame.
J’ai lancé Lords of the Fallen un soir de disette, j’avais envie d’une nouvelle histoire, d’une nouvelle découverte, j’étais jeune, fougueux, et un peu inconscient… c’est donc la main tremblante que j’insère le jeu dans la console et que je prend la manette en main. Le jeu me demande de choisir ma classe, le guerrier est évidement ma priorité pour ce genre de jeu (entre clerc et voleur). Je veux une grosse épée (un truc un compenser), un gros bouclier et des ennemis à écraser. On me demande de choisir une école de magie, je prend n’importe quoi, je m’en fiche, la magie c’est pour les faibles !
Le jeu commence donc sur une cinématique vraiment badass, et je peux enfin prendre possession de mon personnage. Niveau gameplay je ne suis pas du tout perdu, c’est du Souls à 200%, toutes les touches sont identiques, c’est agréable à tous les points de vue. Le jeu est vraiment beau, les premiers décors sont dans le style Dark fantasy c’est un genre que je kiffe et on trouve même des inspirations à la Castlevania Lords of Shadow, bref ça n’augure que des bonnes choses ! Premier combat, je me rend compte d’un bug ou deux niveau collision mais rien de grave. La prise en main n’est pas ouf, le personnage est un peu lent mais rien de grave du moins jusqu’à ce que je tente une roulade pour esquiver un coup… ha ouais… genre tu es vraiment lent Harkyn… ok je vais éviter les roulades après tout le bouclier est là pour ça.
Après un peu plus d’une heure à prendre mon temps, je tombe contre un boss, je suis chaud comme la braise, c’est le moment que je kiffe le plus dans les Souls, et comme j’ai un jeu qui souhaite s’en rapprocher le plus possible je jubile un peu.
Et là je déchante d’un coup.

Lotf 2

Non mais Chef c’est une super idée, on fait un Dark Souls mais en moins bien !

Le boss fonctionne avec un pattern simple, normal on me dira, mais bordel je ne peux quasiment pas le toucher, et je lui enlève pas de vie… et mais pourquoi là j’ai pas fait de dégâts ? Et putain mais cette caméra de merde là !!!!
Voilà ma première expérience d’une longue série…
Je ne vais pas juste décharger ma frustration sur le jeu, mais il est clair que CI Games et Dark13 ont tenté de faire un genre de jeu qu’ils ne maîtrisent pas du tout. Le gameplay est certes au rendez-vous, comme je le disais, on retrouve ses marques sans problème. Vous pouvez faire évoluer votre personnage dans le sens dont vous avez envie, vers le type de magie qui vous plait sans problème. Les armures et les armes du jeu sont vraiment superbes, le loot est généreux est c’est très agréable, mais le fond du jeu ne suit pas la donne.
Les combats sont exigeants mais laborieux, la caméra est vraiment chiante, il n’y a pas d’autres mots, le lock des ennemis est d’une lenteur incroyable et par moment juste illogique au possible (quand ce n’est tout simplement pas illisible).
Et les combats contre les boss sont une véritable torture, mais pas comme on le souhaiterais. Les fenêtres pendant lesquelles les boss sont vulnérables sont vraiment trop courtes, et quand on n’est pas victime d’un bug, les dégâts sont ridicules. Chaque boss demande donc trop de temps, pas de la patience dans le sens stratégique, mais plutôt de l’impatiente dans le sens illogique.

Un décor de Dark postale !

Niveau graphique, on ne peut pas reprocher grand chose à Lords of the Fallen, c’est vraiment très beau, les décors sont soignés, comme je le disais le style Dark Fantasy est vraiment présent et le design de certains monstres donne vraiment envie d’en découdre. Les ambiances à la Lords of Shadow sont très très cools bref une réussite. Seul bémol, c’est un poil trop répétitif, on voit toujours les mêmes décors,ce qui rend par moment la lisibilité un peu confuse et quelques baisses de framerate, mais apparemment ce n’est que sur PS4 donc bon ce n’est pas très grave.
Niveau musique, c’est superbe et les bruitages sont parfaits aussi. Seuls les doublages qu’ils soient en français (beurk) ou en VO sont vraiment ratés… ajouté à ça des PNJ qui sont juste inutiles et qui surjouent totalement chaque dialogue, ça parait bizarre quand on parle de personnages animés mais par moment on dirait des héros de sentaï qui parlent, vous savez ceux qui bouge la tête pour vous indiquer qu’ils sont en train de parler.

Lotf 3

Durée de vie et platine !

Bon il faut compter entre une quinzaine et vingtaine d’heures pour finir un premier run du jeu donc rien de bien extraordinaire non plus. Vous pourrez bien entendu enchaîner les NG+ pour vous faire un peu plus de mal, ce qui devrait vous faire 3 fois pour avoir le platine.

Vous en pensez quoi Chef ?

Ben j’en pense que je suis vraiment déçu, Lord of the Fallen n’est pas foncièrement un mauvais jeu, mais il souffre d’un mauvais genre et d’une mauvaise comparaison. Il aurait pu être un Action/RPG un peu moins orienté vers les Souls, peut-être un peu plus arcade ou casual et on aurait dans ce cas un bon jeu. Mais vouloir le mettre dans un genre que possèdent déjà les meilleurs c’était un peu dur.
En clair, si vous avez déjà fini les Souls je vous conseille de passer votre chemin. Si vous n’avez pas fait la série des Souls, préférez lancer un bon Dark Souls.

Enjoy ! (ou pas)

Zephiriel

[Test] – Terraria – PS4

Sorti sur PC en 2011 grâce à Re-Logic et ayant été depuis décliné sur quasi tous les supports existants, Terraria s’est largement fais une place dans les sacro saints jeux bac à sable sans scénarii dans lesquels vous perdez votre meuf/boulot/vie (non ne rayez pas les mentions c’est dans cette ordre-là). Aujourd’hui nous avons une mouture PS4 entre les mains, qu’est-ce que ça donne ? Ben c’est plutôt cool.

Terraria titre

Bonne pioche ?

Pour débuter, sachez que je m’étais toujours interdit ce genre de jeu. Lorsque j’ai vu Minecraft sortir en 2009, je me suis clairement dit « si je clique sur yes je suis mort » (deux ans après je tombais dans Star Wars : The Old Republic mais c’est une autre histoire).
Bon sinon Terraria en deux mot c’est quoi ? C’est un sandbox dans lequel vous allez devoir explorer les sous-sols de la terre pour trouver de quoi crafter des armes qui vous serviront à péter la gueule à des monstres. Bon dit comme ça c’est ultra réducteur donc je vais développer un peu.
Tout d’abord le jeu vous demande de créer un avatar, choisissez votre sexe, la couleur de vos cheveux et de vos chaussettes n’aura qu’un impact vraiment minime dans le jeu (à part dans le cas d’un multi et encore…). Ensuite le jeu demande si vous êtes un « vrai » donc si vous voulez jouer en hardcore, là je dis « bien sûr je suis un ouf » !!! Trois minutes après, lorsque je refais mon personnage je me dis que débuter en normal ne serait pas si mal que ça en fait. Enfin, la taille de la map, cela va donner la taille de votre monde évidement ce qui va influencer le nombre de cavernes et autres donjons. Le jeu commence et après avoir fait le tutorial qui est vraiment très clair, on reproduit donc les premiers pas du jeu à savoir couper du bois et briser un peu de roche afin de crafter nos premiers éléments.

Terraria 2

Un pixel après l’autre.

Parce que dehors c’est le meilleur moyen de mourir en boucle et que l’épée de départ n’est pas si pratique que ça je décide donc de construire ma première maison. J’empile un morceau de bois puis un autre et un autre… etc et je me retrouve avec deux murs et un plafond. J’ajoute une porte et recouvre le fond et bim, ma maison est créée la classe. Aussi simple que ça ? Yep pas besoin de plan j’ai tout dans la tête je suis un ouf malade. Une fois la maison finie vous allez voir que des PNJ vont s’incruster comme dans mecs dans une soirée. Les PNJs vont vous permettre d’avoir des armes supplémentaires, de la magie… etc
Après cette première réussite je me dis qu’avoir une cave c’est plutôt la classe et je commence à creuser, et au fur et à mesure de mon forage, je me rends compte que le monde est assez profond bordel. Et là je touche au coeur du jeu. En effet Terraria va vous permettre de creuser de plus en plus profond comme un nain avide du seigneur des anneaux.
Et si vous pensez au Balrog en lisant cette phrase, sachez qu’il y a de grandes chances pour que vous tombiez dessus lors de vos fouilles. Parce plus on va profondément dans Terraria, plus les récompenses sont grandes, mais les rencontres de plus en plus dangereuses. Les monstres seront de plus en plus balaises ce qui vous obligera à fabriquer toutes sortes d’armes pour vous défendre, épée, arcs, flingues et même de quoi vous prendre pour un Jedi apparemment.

Terraria 1

Le jeu de rôle de bac à sable.

Oui parce que derrière tout cela, la dimension RPG est vraiment présente, enfin je parle plus d’action-RPG puisqu’il s’agit plus d’un côté équipement pur que d’augmentation de caractéristiques. Cependant bien s’équiper avant de partir en fouille est super important, puisque les zones étant bien évidemment de plus en plus profondes, les ennemis seront de plus en plus féroces et du coup les récompenses seront bien évidemment de tailles.
Avec un peu de chance il est même possible de récupérer des objets plus rares qui permettent d’augmenter les points de vie, de sauter plus haut… etc. une aubaine dans ce cas-là. Le seul vrai problème du jeu est sa maniabilité sur les combats au corps à corps qui sont par moment un vrai calvaire.

Terraria 3

Le dernier trou.

Terraria fait partie de ces jeux dont il est impossible d’en voir le bout, ceux qui ne sont limités que par votre imagination. Tout étant de base possible dans le jeu avec juste le bon matos et du temps. Je valide totalement ce type de jeu et je ne peux que vous encourager à y mettre un doigt (sachant que le bras viendra avec).

Note 16/20

Enjoy !

Zephiriel

[Test] – Alien : Isolation PS4

Après un Aliens : Colonial Marines très mauvais, et avant ça un Alien versus Predator qui cassait pas des briques, SEGA se devait de réagir et de sortir un opus afin de faire oublier ses erreurs. Après avoir tenté de revenir sur le second film avec un scénario que l’on cherche encore à comprendre, les développeurs de chez Creative Assembly vont partir sur la base du film qui a lancé le succès de la franchise, Alien : Le huitième passager.

Alien-Isolation titre

The S.O.S.

Tout commence donc 14 ans après qu’une des femmes les plus badass de la galaxie se soit débarrassé de la créature qui a tué tout son équipage à bord du Nostromo. Nous suivons la fille d’Ellen Ripley, nommée Amanda, dont nous connaissons l’existence depuis le film de James Cameron, Aliens. Amanda Ripley donc, apprend qu’une station orbitale nommée Sevastopol aurait des informations concernant les événements qui ont mené à la disparition de sa mère sur le Nostromo. Bien évidemment tout ne se passe pas comme prévu et c’est dans une station en état de siège où tout le monde semble vous en vouloir à mort, aussi bien humain que synthétique avec au milieu un Alien de toute beauté.
Première chose qui vous met dans une ambiance assez flippante, lorsque vous lancez la partie, le jeu vous demande si vous avez une caméra et un micro branchés à la console afin d’avoir une « interaction direct » avec le jeu. Si vous faites du bruit dans votre pièce par exemple, le son se répercute en jeu, dévoilant ainsi votre présence à la créature qui vous pourchasse. De quoi faire retenir votre souffle lorsque vous êtes dans un placard. Malheureusement je n’ai pas les devices, donc je ne peux pas dire ce que ça fait mais j’aurais bien kiffé je pense. En parlant d’ambiance, c’est clairement un jeu qu’il faut jouer en éteignant toutes les lumières, mettez un scotch sur la manettes PS4 histoire de pas avoir un reflet dans votre télé, mettez un casque et montez le son un peu histoire de flipper à chaque bruit que vous pourrez entendre.

alien isolation 1

No One can hear you scream…

Pour cet opus, Creative Assembly a pris un risque assez balaise en laissant totalement le côté FPS/Action de côté et en cherchant au maximum à faire comprendre au joueur que chaque rencontre peut être mortelle. Les humains peuvent vous tuer en 2-3 balles maximum, un synthétique est juste une horreur à tuer même avec un pistolet alors n’imaginez pas y arriver au corps à corps et enfin l’Alien est juste impossible à tuer (comme ça c’est réglé). En effet ce dernier fuira dès que vous serez un peu en « position de force » ce qui n’arrivera pas souvent en fait. Vous pourrez le faire fuir à coup de lance-flammes, le problème étant qu’il reviendra assez vite vous chasser et qu’il pourra même vous tendre des embuscades tandis que votre lance-flammes lui, n’est pas infini…
Le jeu met donc une grosse partie de l’ambiance autour de la créature, lui rendant un peu de sa gloire connue en tant que monstre terrorisant. La créature avait été assez malmenée à mon sens dans les différents films et jeux la reléguant juste au rang de monstre, certes mortel, mais plus chair à canon qu’autre chose. Dans cet opus, elle reprend un peu la place qu’elle avait trouvée dans le premier Film de Ridley Scott et c’est pas plus mal.
Donc vous voilà perdu dans cette immense station orbitale, tentant de survivre avec le peu de matos que vous avez et que vous trouvez, mais heureusement Amanda Ripley est une ingénieure hors pair et saura crafter pas mal de choses, comme des bombes EMP, des Pipes Bombs…etc pour l’aider dans sa survie. C’est d’ailleurs un petit point négatif à mon sens, le craft est un poil trop présent dans un jeu où seule la survie passe par la discrétion, mais rien ne vous empêche de ne pas l’utiliser ou du moins d’en minimiser l’utilisation.
D’ailleurs la façon de traverser le jeu peut-être vue de deux façons. Il est possible de la jouer le plus immersif possible, en marchant sans aucun bruit et de se cacher le plus possible pour passer incognito, se servant des armes que dans les cas les plus extrêmes. Ou bien de la jouer plus malin en courant à travers les couloirs faisant un bruit monstre mais de se cacher au dernier moment dans un placard ou autre et d’attendre que vos ennemis aient perdu votre traces. C’est une façon de faire, c’est risqué mais pourquoi pas.

Alien isolation 2

The perfect Oragnism.

Niveau technique, le jeu est suffisamment beau pour vous en mettre plein les yeux et les oreilles. Graphiquement, le style retrofutur du jeu est un régal, encore une fois le décor est un véritable hommage au film, le moindre couloir rappellera aux fans les couloirs du nostromo. Quant au son, c’est une pure merveille le moindre bruit fait référence au film, les portes qui s’ouvrent, le bruit de vos pas dans conduits d’aération, le cri de l’Alien… etc. La petite cerise sur le gâteau : le détecteur de mouvement qui se rapproche de celui que l’on voit dans le second film mais qui est encore un peu archaïque.
Quelques points un peu mitigés tout de même sur ce jeu, qui dispose d’un système de sauvegarde un peu trop rétro. Pas de checkpoint, pas de sauvegarde automatique, il faudrait trouver les points de sauvegarde et faire attention à ne pas finir entre les mains de l’Alien jusqu’au prochain point. Sur le fait je peux comprendre que ça rajoute à l’effet dramatique et la pression sur le joueur, mais par moment pourquoi en mettre 4 dans une section où il n’y a aucun danger et au contraire ne pas en mettre après avoir traversé 25-30 min de jeu assez hardcore… c’est vraiment frustrant.
D’autant que la longueur du jeu pourra faire grincer quelques dents… Il est rare de voir râler les joueurs pour un jeu qui est trop long, normalement on râle toujours parce qu’un jeu qui ne fait que 8-10 heures donne l’impression de ne pas en avoir pour son argent. Mais ici, vous lancez le jeu pour bien 20 heures, ce qui est vraiment trop long, surtout que certaines phases de jeu ne sont que des couloirs sans rien. Pire, cela donne l’impression que le scénario a été par moment « étiré » pour rallonger la durée de vie du jeu. Parce qu’honnêtement, passer quasi une heure de jeu à traverser des couloirs et différents ennemis pour tenter de rencontrer la personne qui pourra régler un problème majeur du jeu et qu’une fois devant elle la seule réponse obtenue est « Non » c’est vraiment agaçant.

Au final ?

Bon malgré ces quelques deniers points négatif, il faut être réaliste Alien : Isolation est un très bon jeu et qui plus est c’est un très bon jeu sur la licence comme nous n’en n’avions pas eu depuis longtemps. Rempli de fan service et d’une ambiance à vous rendre claustro, parano et cardiaque c’est clairement un jeu à faire si vous êtes fan et si vous aimez vous faire peur. Seule la durée de vie pourra vous faire reculer à l’achat, et les chasseurs de trophées en prendront pour leur grade avec un platine pas difficile à obtenir mais qui doit bien être proche des 35 heures de jeu.

Note : 13/20

Enjoy

Zephiriel

[Test] – The Binding of Isaac : Rebirth – PS4 / Vita

Avec plus d’une centaine d’heures au compteur sur la version Steam, lorsque j’ai appris qu’une version PS4/Vita allait débarquer, c’était comme si c’était noël avant l’heure ! Edmund McMillen nous sort un petit chef-d’oeuvre avec les développeurs de chez Nicalis (les petits gars qui nous ont fait VVVVVV, à croire qu’ils aiment nous faire du mal avec leurs jeux….

Binding cover

Il est un peu grand ton sous-sol…

Isaac et sa Maman vivent tous seuls dans une petite maison sur la colline. Isaac aime dessiner et s’amuse avec ses jouets pendant que sa maman regarde une chaîne chrétienne à la télé. Leur vie est simple mais ils sont heureux ou du moins ils l’étaient jusqu’au jour à sa maman entend la voix de Dieu. Dieu demanda à la maman d’Isaac de lui prouver sa dévotion en sacrifiant son fils et pour éviter une fin aussi cruelle qu’inutile, Isaac s’échappa de justesse par la trappe menant à l’inquiétant sous-sol de sa maison.
C’est ainsi que l’intro de The Binding of Isaac : Rebirth vous fait comprendre que ce jeu va vous faire mal… très mal. Rebirth donc parce qu’il s’agit d’une nouvelle mouture de la version PC disponible sur Steam avec son DLC et bien évidemment des petits trucs en plus. Pour les deux du fond qui ne suivent jamais, sachez que The Binding of Isaac est un rogue-like, ça veut donc dire que ce jeu va être cruel avec vous, il va littéralement vous faire souffrir et en même temps faire souffrir votre manette. A la manière du premier Zelda sur Nes, vous allez contrôler Isaac dans des « donjons » remplis d’ennemis plus ou moins bizarres. Les commandes sont la simplicité même, un stick pour bouger, l’autre stick pour diriger vos « larmes » qui seront vos armes principales.
Chaque niveau que vous allez rencontrer a sa propre architecture qui sera bien évidemment totalement aléatoire, mais aura toujours trois éléments communs : D’abord, chaque pièce devra être nettoyée de ses ennemis pour passer à la suivante, ce qui peut amener des dilemmes intéressants (dois-je continuer à nettoyer le niveau ou me faire le boss tout de suite ?). Ensuite, chaque fin de niveau vous obligera à affronter un boss (voir plus par moment) qui vous lootera un objet pouvant aller de l’inutile à l’agréable et qui vous offrira un passage vers le niveau suivant. Enfin, chaque niveau aura au moins une salle avec un trésor qui sera fermé à clef. Oui je précise parce que obtenir la clé n’est pas sûr non plus à 100%, j’ai déjà eu droit à des runs où je n’ai pas looté une seule clé pendant 5 niveaux, ce qui signifie, pas de trésor donc un personnage faible et pas de marchand non plus… bref un run quasi impossible à finir.

Binding 2

Infanticide et humour noir.

L’univers de BoI:R n’est pas pour tout le monde, l’intro vous donne le ton mais c’est encore loin de la réalité, c’est sale, glauque et par moment carrément morbide, mais le design mignon adoucit les moeurs… en fait pas tant que ça. Chaque items que vous allez prendre va modifier la gueule de votre personnage, au début vous êtes un enfant tout nu dans une cave (ne pas sortir cette phrase de son contexte…) et lorsque vous prenez, je ne sais pas moi disons, un item en forme de pierre qui va augmenter vos dégâts, votre personnage va se retrouver avec une pierre enfoncée dans le crâne. Pareil pour l’item du cintre qui se retrouve au travers de la tête ou encore la cuillère en bois qui augmente votre vitesse avec les coups de cuillères à travers le corps qui sont visibles… On peut donc facilement imaginer les différentes modifications du perso en balançant des noms d’items comme médicament, clous, couronne d’épines, rasoir…. etc… etc…
Une ambiance vraiment violente donc, mais pas que dans l’aspect, dans la difficulté du jeu aussi. BoI:R va vous demander des nerfs d’acier et une patience à toute épreuve, parce que même si le wiki du jeu est très complet, il serait presque dire que c’est tricher d’aller y jeter un œil pour savoir qu’elles sont les effets de tel ou tel item avant de le prendre. Car oui, le jeu est punitif, une erreur de parcours, un instant de panique, une faute d’inattention en rentrant dans une salle et c’est un game over des plus cruels qui vous attend.
Mais en plus prendre un item peut être aussi une erreur, comme prendre une pilule sans en connaître l’effet peut la première fois vous augmenter votre jauge de vie, elle pourra dans le run suivant vous faire perdre votre dernier point de vie. Par moment vous aurez le choix de faire un pacte avec le diable, perdre un peu de votre vie maximum pour un objet qui peut vous avancer dans votre quête… choix cruel, finir le jeu avec 2 coeurs seulement sur les 3 de base (pour Isaac en tous cas) est un risque, vous n’aurez peut-être pas de quoi augmenter votre vie dans le run qui arrive….

Bon là tout de suite je suis dans la merde...

Bon là tout de suite je suis dans la merde…

Retour à l’uterus.

Par rapport à sa version PC, BoI:R a eu droit à un petit renouveau graphique, on est passé ici sur un style graphique un peu plus agréable à lire, très proche d’une ambiance 16 bits que tout le monde adore (forcément), chaque niveau arrive à retranscrire l’univers à la perfection. Les murs qui dégoulinent, les toiles d’araignées dans les coins et très souvent, des clins d’oeils bien agréables, comme un poster de Super Meat Boy ou carrément la chambre de Link avec le lit et le même tapis que dans la version Snes. Certaines salles ont même vu un changement architectural puisqu’il sera possible d’avoir des salles gigantesques qui seront remplies d’ennemis qui peuvent vous tirer dessus même si vous ne les voyez pas à l’écran… une horreur dans les derniers niveaux.
La version Rebirth apporte bien entendu une tripotée de nouveaux objets, des personnages supplémentaires à jouer, quelques nouveaux boss et que sais-je encore…. j’ai découvert une salle avec une machine à donation qui est bien pratique (elle permet d’augmenter le level du marchand entre autres…). Le seul point noir à tout ce changement est que l’on a le droit à une nouvelle bande son qui ne vaut pas celle de l’originale… mais seuls ceux qui ont connu l’ancienne pourront sentir un décalage, les nouveaux joueurs apprécieront très bien les musiques de ce nouvel opus.

Mommy ? Noooooooo

Au final je vais faire simple, The Binding of Isaac : Rebirth est sûrement l’un des jeux de l’année (si on peut le considérer comme un nouveau jeu bien évidemment) avec une version PS4 qui sublime le jeu et une version vita aux petits oignons. Et au vu du nombre de stream qui lui sont encore dédié à ce jour je pense que l’on peut conclure qu’il fait aussi l’unanimité pour beaucoup de joueurs. Très clairement, que vous soyez fan du genre rogue-like ou pas, c’est un jeu qu’il faut tester, pour l’ambiance, l’univers et le type de gameplay. Avec une replay value proche de l’infinie The Binding of Isaac : Rebirth est LE jeu que tout gamer devrait tester.

Mais finalement je m'en sors bien \o/

Mais finalement je m’en sors bien \o/

Enjoy !

Zephiriel