Archives du mot-clé Les brumes d’erebos

[GN] – Les brumes d’Erebos – Opus 1

Erebos couv

Premier contact avec Erebos – récit de l’arrivée d’un migrant
(Ceci est l’intro disponible sur le site du GN)

« Cette satanée purée de pois n’en finit pas, vous n’y voyez pas à trois pas. Vous entendez vos camarades mais les bruits sont étouffés, comme déformés. Vous continuez à avancer et le silence est total, le monde n’est plus qu’un énorme nuage gris. Vous n’entendez plus vos camarades, vous tentez de les appeler mais vous avez l’impression que ce que vous criez est étouffé. Un sentiment d’oppression et de peur commence à apparaître. Il faut que vous sortiez de ce cauchemar gris. Vous avancez de plus en plus vite, le sol a l’air dur comme s’il était fait d’énormes dalles. Vous n’entendez plus le son de vos pas. Vous avez peur, vous essayez de ne pas céder à la panique. L’air est lourd et il y a comme une odeur de soufre. Vous marchez durant un temps assez long et tout à coup vous vous apercevez qu’il y a des rayons de lumière qui traversent cette brume. Vous vous rendez compte qu’une autre odeur est présente, une odeur iodée comme lorsque vous êtes proche de la mer. L’air commence à être frais mais vivifiant. Vous réalisez que vous marchez sur de l’herbe et que vous entendez vos pas. La brume commence à se désépaissir. Vous commencez à voir un peu plus loin, puis vous entendez le cri d’un oiseau au loin. Puis brutalement, la brume disparaît, d’un coup. Vous en êtes tellement surpris que vous vous arrêtez. Vous regardez de part et d’autres et voyez à nouveau vos compagnons. Vous vous retournez mais derrière vous, nulle trace de brume, comme si elle n’avait jamais existé, juste une plaine bordée par une forêt. Vous ne distinguez aucune mer malgré l’air iodé. Vous discutez avec vos camarades et tous, ont subi les mêmes sensations que vous. Un court instant vous vous demandez si vous n’êtes pas mort mais les sensations que vous ressentez sont bien réelles.

Durant quelques jours, vous avancez en terre inconnue sans reconnaître les lieux. Les premiers temps vous avez une soif importante mais heureusement l’eau douce coule en abondance dans les lieux que vous traversez. Lorsque la nuit arrive, vous vous rendez compte subitement que l’emplacement des étoiles ne vous est pas familier. Si vous vous y connaissez un peu, vous vous rendez compte que vous n’êtes pas sous le même ciel que dans votre monde. Il faut bien vous rendre à l’évidence, vous n’êtes pas dans le même monde. En effet, vous ne reconnaissez aucune des plantes et des arbres que vous rencontrez bien que parfois ceux-ci soient très proches d’espèces que vous connaissez. Pareil pour la faune, vous vous surprenez à découvrir régulièrement de nouvelles races bien que très proches des races de chez vous, la différence est parfois juste dans le pelage ou dans la taille. Certains des animaux vous sont complètement inconnus. Il faut vous résoudre à admettre que vous avez changé de monde. Vous retracez tous les événements qui vous ont conduit dans cette brume mais vous ne trouvez aucune réponse au pourquoi ! Au bout d’un moment, vous voyez au loin des habitations et vous savez maintenant que ce monde est habité. C’est à la fois un soulagement et une inquiétude. »

Erebos 1

Le GN Multi-époque !

Sur le papier, il y a de quoi attirer les joueurs, après tout pas de limitation (ou très peu) laissant place à l’imagination de tous. La possibilité de venir de notre monde et de n’importe quelle époque entre l’antiquité et l’ère victorienne. Voir même de créer un personnage d’un autre monde, comme un pirate steampunk par exemple. Et enfin si vous ne voulez pas trop vous casser la tête vous pouvez même prendre un personnage provenant d’un univers connu, tiré de la littérature ou du cinéma. Si vous voulez être le cinquième hobbit qui s’est perdu sur le chemin de la montagne du destin, et bien vous pouvez.

Erebos 6

Mon groupe

Partant de ce principe, avec mon groupe, on s’est dit que ce serait cool de jouer autre chose que des guerriers ou des pirates… bref autre chose que des gars qui viennent au corps à corps. Donc, par logique, des magiciens. On essaie de mettre à profit le côté « à travers le temps » en se disant qu’on pourrait chacun jouer un personnage d’une époque différente, liés par un pacte, une guilde ou même être une réincarnation d’un même personnage à travers les époques.
L’idée fait son chemin et notre groupe de cinq joueurs commence sa « lignée ». Le premier joueur interprète un Grec nommé Argos, philosophe, connaissant la nature. La seconde, une joueuse, choisit l’Égypte, avec une prêtresse de Sekhmet dont le nom sera Néféroué et qui assurera le rôle de soigneuse. Le troisième sera un Docteur Sun chinois spécialiste du feng shui qui sera un mage d’attaque. Pour ma part je serai un cowboy, Jack Materson qui a passé trop de temps chez les indiens et qui est devenu un shaman. Je pensais surtout m’inspirer de Deadlands, un gars qui lance des sorts de combat avec des cartes à jouer. Et notre dernier compagnon, Erwan, était un spirit de l’ère victorienne. Un breton menant ses activités à Paris, superbement bien habillé avec un chapeau haut de forme, une très belle canne et sa cape.

Erebos 7

L’arrivée sur le monde / l’orga

Voilà le premier point négatif, l’organisation qui a du mal dès le lancement du jeu. Le truc c’est que le jeu doit commencer à 22h le vendredi soir. Pas de bol, il pleut, beaucoup, le terrain devient vraiment boueux et on voit vraiment que dalle. Difficile pour les joueurs de se motiver et jouer devient impossible dans ces conditions. Le départ du jeu est donc repoussé au lendemain matin.
Lendemain matin, petit dej, préparation, briefing rapide et clair. Tout le monde est prêt côté joueur, impatient d’en découdre avec un monde qui semble bien PVE. On fait le check arme, juste une arme qui est refusée car trop abimée, pas de soucis, ça arrive. On se met dans la ligne d’attente pour le début du jeu…. et on attend… encore… longtemps.

Erebos 2
L’entrée en jeu se fait par groupe et à mon sens, ça va faire basculer beaucoup de choses dans le négatif. On est les derniers à rentrer en jeu (ou avant dernier je crois). On a attendu quasiment 1h30, ça veut dire que le premier groupe a eu le temps de faire le tour de la zone de jeu et de prendre les éléments de jeu disponible avant même qu’on ait le temps de savoir que ces éléments existaient.

Erebos 11
Alors attention, sur le fond ce n’est pas très grave, car finalement l’un dans l’autre devoir se renseigner sur ce type d’objet, c’est clairement une façon de créer du jeu. Et je rappel qu’en GN les gens sont très facilement abordable. C’est juste que lorsque l’on visite la zone de jeu et qu’on se rend compte que tout à déjà été pris (looté pour les gamers), c’est frustrant.

Erebos 3

A tes risques et périls !

Attention cependant à modérer mes propos, il y avait de bonne idées dans le lot et les soucis d’organisation ne doivent pas prendre le pas sur les bonnes idées. Tout d’abord, il y avait une certaine confiance accordée au joueurs pendant le jeu, notamment lors des des « périls ». Qu’est-ce qu’un péril allez vous me dire ? Grosso modo c’est une mini instance. Une zone de jeu qui demande certains prérequis pour y rentrer sous peine de mort rapide et douloureuse de votre personnage.

Erebos 4
Exemple, au détour d’un chemin, nous voyons une zone qui est recouverte de toiles d’araignées. Tout le monde peut y rentrer, le truc c’est que si une personne ne possède pas la bonne compétence, en l’occurrences ici pistage, elle coincée dans les toiles, impossible de s’en sortir seul. Par contre le personne avec le bonne compétence va pouvoir rentrer et amener trois autres personnes avec elle.
Mais ce n’est pas si simple, si pendant leur pérégrination, une personne touche une toile elle reste « collée » jusqu’à ce qu’un autre joueur l’aide (en la touchant pendant 3 min).
Cette zone de péril, n’est pas sous la surveillance d’un MJ, donc laissée complètement libre au fair play des joueurs. Ce qui rend le jeu vraiment agréable.

Erebos 5

Et l’histoire ?

Voilà mon gros problème dans les GN en général et Les brumes d’Erebos ne feront pas exceptions… Je ne suis pas du tout l’histoire principale. Je prend mon pied à sortir des sentiers prévus par les MJ et faire ma propre histoire dans ce monde. Ce n’est pas un problème sur des gros GN, où nous avons des centaines de joueurs, mais sur des GN plus petits, avec moins d’une centaine de joueurs, c’est problématique.
Le scénario nous orientait fortement afin que l’on rallie un Eveillé, l’un des neuf êtres immortels du monde d’Erebos. Chacun d’eux ayant sa particularité comme Dragon, qui se rapproche du peuple japonais, honneur avant tout. Ou l’Architecte qui met en avant la connaissance, le Freux qui protège la nature etc.

Erebos 8
Cependant, parmi ces neuf, trois représente le « mal », le chuchoteur, le fossoyeur et l’écorché. Trois Eveillés qu’il nous est malheureusement impossible de rejoindre de façon volontaire (oui j’ai essayé sans succès). Pour le reste, étant mort avant la fin du GN (oui encore…) je n’ai pas suivi le reste de l’histoire. Je n’ai pas reroll, j’ai préféré aider en tant que PNJ, ce qui est fun tout de même.

Erebos 9

Un bilan mitigé.

Tout est dans le titre, je suis mitigé. Je n’ai pas passé un mauvais moment, mais je ne me suis pas éclaté non plus. La faute à quoi ? Au temps déjà, arriver vendredi soir, avoir une tente inondée, les pieds dans la boue et le froid (même si c’était le cas pour tout le monde). Un début de jeu très lent, l’orga ayant un poil mal géré le début de jeu, mais pour un premier GN on ne peut pas leur jeter la pierre. Et enfin à ma façon de jouer en GN, le fait de ne pas vouloir me plier au scénario tel quel, ce qui m’apporte finalement peu de jeu sur un petit format comme celui-ci. Est-ce que j’y retournerai ? Probablement pas en tant que PJ, mais sûrement en tant que PNJ parce que l’idée de base du GN multi époque me plait beaucoup.

Erebos 10

Crédit Photo par Sandrine Schwoehrer

Enjoy !

Zephiriel